Le XIX°, époque faste pour Claveisolles

  • Fondation de la Congrégation des Sœurs de l’Enfant-Jésus et du couvent de Valany

Au sortir de la Révolution et tout au long du XIXème siècle, Claveisolles fut le théâtre d’un grand élan missionnaire qui vit naître la Congrégation des Sœurs de l’Enfant-Jésus, à l’initiative de mère du Sablon, fille du châtelain de Claveisolles, et de l’abbé Rozet, son confesseur et curé de la paroisse.

Le couvent est alors bâti sur le terrain de Valany, appartenant à Joséphine du Sablon, en religion sœur de l’Immaculée Conception. Les Sœurs de l’Enfant-Jésus de Claveisolles étaient des religieuses-enseignantes, dont la vocation était d’instruire les populations rurales privées d’instruction. La congrégation fut à l’origine de la fondation de près de cent écoles dans les départements du Rhône et de la Loire au cours de la seconde moitié du XIXème. Les lois anticléricales de la fin du siècle et celles du début du XXème  mettront à mal la communauté, contrainte de laïciser progressivement ses écoles et interdite d’en ouvrir de nouvelles, alors que les fondations étaient florissantes. La république attendra patiemment la retraite des religieuses en poste pour laïciser leurs écoles, récupérant le fruit de leurs efforts à peu de frais et se donnant le temps de trouver des enseignants laïcs qualifiés, non sans avoir au préalable interdit aux religieuses de porter l’habit. Les religieuses de l’Enfant-Jésus feront donc face plusieurs fois au choix douloureux de renoncer à leur vocation ou de la poursuivre sous un habit laïc. Nombre d’entre elles se retrouvèrent dénuées de tout, du fait des lois qui se succédèrent des années 1880 jusqu’au début du XXème. Vers 1911, les religieuses de Claveisolles, dont le couvent avait été confisqué, parvinrent à le racheter. Le couvent avait pourtant été bâti sur les propres fonds de la fondatrice.

Les religieuses de Claveisolles continuèrent d’enseigner longtemps au collège de filles de Claveisolles, aujourd’hui Collège Notre-Dame de Claveisolles. En 1970, les religieuses rejoignirent la Communauté des Sœurs du Monde Rural, puis au début des années 2000, la Communauté du Prado. Les religieuses de Claveisolles, en nombre déclinant, ont quitté leur couvent à l’automne 2012, après plus de cent-cinquante années de présence au cœur du village.

  • Ecole cléricale et manécanterie

L’autre grande œuvre missionnaire de Claveisolles fut son école cléricale, fondée en 1860 par l’abbé Rozet, curé de Claveisolles et aumônier des religieuses du couvent. Cette école, rapidement devenue manécanterie, avait vocation à donner une instruction nécessaire aux jeunes garçons qui se destinaient au séminaire. Il faut cependant noter que nombre d’entre eux demeurèrent à l’état laïc après leur passage à la manécanterie. A la fin du XIXème siècle, plus de 70 prêtres étaient sortis des murs de la manécanterie, nombre considérable pour un village de la taille de Claveisolles. Parmi ces prêtres, plusieurs évêques et de nombreux missionnaires, dont certains étaient natifs de Claveisolles. La manécanterie fonctionna jusque dans les années 1960 sous sa forme originale, avant que l’instauration de la mixité en France ne change cet état. L’école des filles tenue par les religieuses devint ainsi un collège mixte quand la manécanterie se changea en internat, le « Foyer des Clefs du Soleil ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s